Un combat spirituel

Etude biblique du pasteur Jean-Marc Thobois, septembre 1980.

A lire dans l’Hashomer n°12 Israël 80 : La crise



Connaissez-vous le plus grand ennemi historique d’Israël ? Est-ce l’empire romain ? L’islam ou l’OLP ? Non ! Le plus grand ennemi d’Israël c’est le christianisme occidental ! Voilà une affirmation pénible voire choquante. Pourtant, elle est irréfutable sur le plan historique. L’antisémitisme chrétien est celui qui a le plus persécuté Israël. Et Hitler dira-t-on ? D’une certaine manière, Hitler n’était que le sous-produit de ce faux christianisme occidental persécuteur d’Israël.


Il est dommage que de nombreux chrétiens ignorent l’histoire de l’antisémitisme chrétien occidental. Quand on s’y plonge, on est saisi de vertige et d’horreur. « Je suis heureux, disait le professeur Flusser de Nouveau-Testament à l’université hébraïque, que mes élèves ne connaissent pas l’histoire de l’antisémitisme chrétien ». Maintenant, cette inimitié chrétienne contre Israël prend la forme de l’antisionisme. Assoiffée de pétrole, l’Europe occidentale devient l’ennemie d’Israël.


A la tribune de la Knesset, monsieur Begin a lancé un appel aux peuples d’Europe occidentale : « la politique dans vos pays met en danger l’existence d’Israël, disait-il, ne restez pas silencieux… L’Allemagne de toutes les nations n’a certainement pas le droit de demander au monde de reconnaître une organisation d’assassins (l’OLP) contre un état dans lequel les survivants de l’Holocauste nazi ont été rassemblés. »



Manifestation pro-palestinienne en 2014 en Colombie, pays où la foi catholique est pourtant très ancrée.


L’apostasie en marche


Il nous faut réaliser que là aussi le combat est spirituel. L’Esprit de l’antichrist est à l’œuvre. L’antisémitisme et particulièrement l’antisémitisme chrétien est d’origine satanique même s’il se cache sous l’euphémisme d’antisionisme. Il existe hélas dans nos pays, un faux christianisme apostat qui est la religion de l’antichrist. Pas étonnant qu’il soit le pire ennemi d’Israël ! Satan sait bien que sans Israël, le plan de salut et de rédemption de Dieu pour l’humanité toute entière ne peut s’accomplir, c’est pourquoi depuis les origines, il s’acharne contre Israël de mille manières.


L’Europe chrétienne est en pleine apostasie. Paul dans les épîtres aux Thessaloniciens nous met en garde contre cette apostasie qui fera le lit de l’antichrist. Il nous parle de cette formidable entreprise de séduction et de mensonges qui se déchaînera alors. N’est-ce pas là même ce que nous vivons ? Il suffit de lire les journaux, d’écouter radio et télévision pour voir l’état d’Israël sans cesse mis au banc des accusés.


Certes, il ne s’agit pas de tout justifier en ce qui concerne Israël. La violence et la terreur aveugle sont à condamner d’où qu’elles viennent. La récente attaque contre les maires de Judée, Samarie est totalement injustifiable si elle est le fait d’éléments Juifs. Pourtant, que faisaient ces voix qui s’élèvent maintenant justement indignées, lorsque l’on assassinait il y a plusieurs semaines, six juifs qui venaient d’aller prier sur le tombeau des patriarches à Hébron, où quand on assassinait les bébés de Misgav-Am ? Les enfants de Maalot ? Elles se taisaient ces voix… ou elles trouvaient des excuses, des justifications à ces actes. Ce n’est pas d’aujourd’hui, ni d’hier, qu’on a décrété que la vie d’un juif ne valait après tout pas grand-chose ! De toute manière, il n’est pas nécessaire d’en faire grand cas ! N’y a-t-il pas là, véhiculé par les médias, une perversion de l’esprit qui est réellement diabolique ?



Un combat global


Certes, il n’y a pas que sur la question d’Israël que s’exerce l’action de Satan. Il faudrait parler de génocide des enfants dans le sein de leur mère, de la montée de l’impureté sous toutes ses formes, du rejet de toute morale et de toute loi, de l’abandon de la vraie foi au profit d’une théologie horizontale qui vide l’Evangile de sa substance et de sa vie. « C’est ici l’heure de la puissance des ténèbres » disait Jésus.

« Afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées ! » tel était le but de la passion de Jésus selon ce qu’en dit le vieillard Siméon à sa mère ! L’épreuve dans laquelle nous nous trouvons tous a aussi pour but de mettre à la lumière les motivations cachées au fond des cœurs.



Les armes de la victoire


L’apôtre Paul nous parle de cette puissance d’égarement permise par Dieu lui-même, « pour qu’ils croient au mensonge parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés ! » Déjà le prophète Zacharie disait au peuple de la part de Dieu « aimez la vérité et la paix ». C’est le temps plus que jamais de s’attacher à la vérité, d’aimer la vérité, de s’attacher aux choses de Dieu « de peur d’être emportés loin d’elles ». Il s’agit d’haïr la voie du mensonge et d’avoir le courage de dire « non » au mensonge sous toutes ses formes.


Manifestation contre les actes antisémites à Paris (fév. 2019)

Deuxièmement, il est indispensable de « garder la parole de la persévérance en son nom », car nous dit le Seigneur dans l’Apocalypse, c’est alors que « je te garderai à l’heure de l’épreuve qui vient sur le monde entier pour éprouver tous les habitants de la terre.


Troisièmement, une responsabilité de prier s’impose : s’il y avait eu 10 justes à Sodome elle subsisterait encore aujourd’hui. C’est une question de nombre. La menace du jugement de Dieu repose sur nos pays. Menace non seulement économique ! Nous avons tout lieu d’être inquiets de l’évolution des choses. Là aussi « la prière fervente du juste a une grande efficacité ». Si tous les croyants s’unissent pour prier, le cours des événements peut être changé.


Ce combat de prière non contre la chair et le sang, mais contre les puissances spirituelles qui sont derrière ces événements, doit s’accompagner d’un témoignage prophétique à la manière de Jonas à Ninive, de Noé parmi les hommes de sa génération ou d’Elie à l’époque d’Achab. Ne prenant pas de part aux œuvres infructueuses des ténèbres mais au contraire en les condamnant. Saisissant les occasions que Dieu saura nous donner pour faire entendre SA PAROLE quand il le faut. L’heure n’est pas à une attitude de lâcheté mais exige le courage de proclamer haut et fort ce que Dieu dit. Certes une telle attitude est exigeante mais le chemin de Dieu n’a jamais été pour les lâches et les timorés. C’est là aussi que se fait le grand tri entre les fils de la lumière et les fils des ténèbres. Nous vivons des temps graves et décisifs où les responsabilités des croyants sont immenses, de leur assoupissement spirituel ou de leur réveil dépend beaucoup pour eux-mêmes et pour les autres. Nous n’avons pas le droit de traiter des choses à la légère, de participer à l’assoupissement et au matérialisme général.



Un moment décisif de l’histoire


Ces membres du bloc de la foi malgré les restrictions qu’on peut avoir quant à certains aspects de leur idéologie, nous donnent là aussi un exemple. Faisant passer leur foi avant leurs propres intérêts, ils n’hésitent pas à renoncer à une vie facile et au confort de la vie moderne pour aller faire revivre l’antique terre de leurs pères. Pouvons-nous être en reste ? Ne sommes-nous pas conséquents avec ce que nous disons croire ? L’enjeu est trop grand pour qu’on puisse s’abstenir de répondre. Voici à nouveau venu le temps des prophètes.


« Dans Rama on entend une voix plaintive, des pleurs amers ;

Rachel pleure sur ses enfants ;

Elle refuse tout réconfort,

Car ses enfants ont disparu.

Ainsi parle le Seigneur :

Assez, plus de voix plaintive,

Plus de larmes dans les yeux…

Ils reviennent du pays ennemi

Ton avenir est plein d’espérance

Tes enfants reviennent dans leur patrie. »

Jérémie 31 v. 15-17




Crédit photo 1 : Remux, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

475 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout