Scénario possible de la guerre de Gog

Dernière mise à jour : 9 juil.

Ces derniers mois ont été marqués par la guerre entre l'Ukraine et la Russie. Il faut dire que les occidentaux ne sont plus habitués à voir une telle violence à leurs portes. Il serait intéressant, mais bien trop long, de revenir aux origines de ce conflit, ce que des spécialistes (peu nombreux, certes) font fort bien. Nous nous contenterons, ici, de dire que la guerre ne concerne pas seulement la Russie et l'Ukraine, mais surtout la Russie et le bloc occidental dirigé (OTAN) par les États-Unis.


Soucieux de vouloir asphyxier au maximum la Russie, les États-Unis ont entrepris, depuis la fin de l'URSS, un endiguement de la puissance russe par un soutien inconditionnel et dangereux aux pays de l'ex-URSS, dont l’Ukraine, gangrenée par la corruption et le nazisme. Il est intéressant de constater que la quasi-entièreté des représentants des pays de l'OTAN sont opposés à Poutine, alors même que celui-ci a envahi l'Ukraine de manière préventive, à la suite des provocations de Kiev et de l'OTAN.


Ces dirigeants occidentaux font, bien sûr, partie du Forum économique mondial de Klaus Schw*b. Plutôt que de régler le conflit rapidement et de ramener la paix aux portes de l'Europe, ces dirigeants ne cessent, en réalité, d'attiser ce conflit et entraînent progressivement leurs propres pays vers une guerre avec la Russie.


Tout laisse à croire que les élites mondiales occidentales espèrent une bévue côté russe (ou utiliser la propagande) pour justifier une intervention de l'OTAN contre la Russie et généraliser le conflit. Cela pourrait se faire sur le même modèle qu'en 1999 contre Sarajevo, où l'OTAN a bombardé pendant des semaines la Serbie au motif que les Serbes avaient commis des crimes contre l'humanité (ce qui fut en partie réfuté par la suite). En 1939, les Allemands avaient également utilisé la propagande pour justifier la conquête de la Pologne. Ils avaient grimé quelques prisonniers Polonais en soldats allemands et les avaient executés dans une localité frontalière avec la Pologne, laissant croire (grâce à la propagande) à un massacre de soldats allemands par l'armée polonaise. Vous connaissez la suite...


Le président M*cron décrit ainsi la Russie comme un ennemi, tandis qu'un général anglais a fait un discours appelant ses soldats à être prêts pour une possible 3ème guerre mondiale contre la Russie... Dans le même temps, Jacques Att*li nous précise que, chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus d'une guerre nucléaire… Ce même Att*li qui annonçait dès les premiers échanges de coups de feu, en 2014, entre les séparatistes pro-russes du Donbass (région de l'Est ukrainien que la Russie est en train de récupérer) et l'armée ukrainienne, que le conflit risquait d'opposer la Russie et l'Otan et de devenir nucléaire.

A croire que l'escalade militaire vers un conflit nucléaire est voulue par cette élite, afin d'accélérer la mise en place du Nouvel ordre mondial (voir certaines interviews de ce même Att*li qui déclarait espérer la mise en place de cet ordre mondial avant ou après "La guerre").


Les exemples pourraient être nombreux… En témoigne également cette « une » récente du journal The Economist, mettant en scène un missile nucléaire brisant une ligne rouge, avec pour sous-titre cette question d'une possible guerre nucléaire liée à l'Ukraine.





Ainsi, il semble fort probable de voir ce conflit perdurer pendant encore plusieurs mois, voire plusieurs années, et possiblement s'étendre à d'autres pays, dont la France. Dans ce contexte, un élément récent est passé assez inaperçu, alors même qu'il s'agit un élément crucial. En effet, les pays baltes ont menacé de suspendre les flux de marchandises entre la Russie et l'enclave russe de Kaliningrad. Cette petite enclave d'environ 1 million d'habitants est située aux frontières occidentales de la Lituanie et au nord de la Pologne.


C'est un territoire qui est donc totalement coupé du reste de la Russie, bien que ce soit un territoire russe. La Russie possède notamment des armes nucléaires sur ce territoire. La Lituanie menace ainsi de suspendre tout flux de marchandises de la Russie à ce petit territoire, ce qui provoquerait inévitablement une grande crise diplomatique et potentiellement, élargirait le conflit russo-ukrainien à l’Europe. En effet, la Lituanie fait partie de l'Union Européenne.


Rajout de dernière minute: la Russie va livrer plusieurs missiles Iskander à la Biélorussie, pays ami de la Russie et limitrophe avec les pays Baltes et Kaliningrad. Ces missiles peuvent emporter des charges nucléaires.


Dans tout ce contexte géopolitique, quel pourrait être le possible scénario de la guerre de Gog, tel que prophétisé dans Ezéchiel 38 ?




Et bien tout d'abord, il faut rappeler que l'Union Européenne est nettement dépendante du gaz russe et que la prochaine période hivernale sera catastrophique en l'absence de ce gaz russe, du fait du conflit. La France sera sûrement l'un des pays qui s'en sortira le mieux puisqu'elle possède l'énergie nucléaire, tout comme d'autres pays possèdent des centrales à charbon.


L'Allemagne, en revanche, sera particulièrement impactée puisque, depuis la fermeture de ses centrales nucléaires, le pays dépend principalement du gaz russe. Le projet du gazoduc russe Nord Stream 2 devait notamment acheminer le gaz russe de Russie jusqu'en Allemagne, au grand dam des États-Unis qui souhaitent vendre leur gaz de schiste à l'Europe.

Un gaz de schiste qui est, entre parenthèses, extrêmement polluant à extraire et à acheminer en Europe.


La guerre en Ukraine est donc une aubaine pour les États-Unis, puisque le projet de Nord Stream 2 a été mis en suspens. Donc, les pays d'Europe occidentale qui se dressent contre la Russie, dont l'Allemagne, ne pourront bénéficier du gaz russe.




Néanmoins, il reste la complexité d'acheminer les hydrocarbures américains jusqu'en Europe, à cause du prix élevé mais aussi du manque d'infrastructures adéquates dont la construction nécessiterait plusieurs mois, voire des années. Nous risquons donc d'avoir un hiver plutôt frais, marqué par de nombreuses pénuries, possiblement de l'électricité notamment.


Dans ce contexte, l'Union européenne se doit de trouver de nouveaux fournisseurs de gaz et de pétrole. Bien sûr, c'est en partie Israël qui touche ainsi le jackpot sur le plan économique puisque les récentes découvertes d'immenses gisements de gaz à proximité de ses côtes et le projet d'un gazoduc en direction de l'Europe, avec plusieurs autres pays voisins de l'état hébreu (Égypte, Chypre, Grèce, Italie) ne peuvent que bénéficier à tous ces pays. Du moins, sur le plan économique. Car sur le plan géopolitique, cela amène inévitablement Israël à se trouver en concurrence avec la Russie.




Or, lorsque nous lisons le chapitre 38 du livre d’Ezéchiel, nous constatons que Gog, le chef de la coalition qui monte contre Israël (entouré notamment des pays identifiés comme étant l'Iran, la Turquie), attaque Israël pour des raisons économiques.

Le roi de Magog s'exprime ainsi : « J'irai faire du butin et me livrer au pillage. Porter la main sur des ruines maintenant habitées, sur un peuple recueilli du milieu des nations, ayant des troupeaux et des propriétés, en occupant les lieux élevés du pays. » (Ez 38 v 12)


La suite est également intéressante :


« Séba et Dédan, les marchands de Tarsis (identifiés comme les pays capitalistes occidentaux) et tous leurs lionceaux te diront : « Viens-tu pour faire du butin, est-ce pour piller que tu as rassemblé ta multitude, pour emporter de l'argent et de l'or, pour prendre des troupeaux et des biens, pour faire un grand butin ? » » (Ez 38 v 13)



Il semblerait donc qu'il existe une véritable raison économique à la montée de cette coalition contre Israël et cela pourrait notamment se faire dans le contexte plus large d'un conflit généralisé, pour ne pas dire mondialisé. Dans un tel scénario, il ne serait pas si étonnant que ça de voir la Russie s’en prendre à Israël, à cause de la concurrence sur le marché des hydrocarbures. D'autant que, dans le contexte actuel, Israël penche plutôt en faveur d'un soutien à l'Ukraine, à cause de la pression des États-Unis…


Il ne s'agit ici que d'une pure supposition, mais les éléments du contexte géopolitique mondial semblent s’imbriquer les uns dans les autres pour le grand dénouement final. D’un côté, l'effondrement de nos sociétés actuelles et de leurs corollaires (la monnaie physique, monde du travail, libertés…), la grave crise économique, les pénuries alimentaires… sont provoquées par les élites antichristiques du Nouvel ordre mondial.


Dans le même temps, ces élites se servent d'une pseudo crise sanitaire et d'un conflit militaire pour accentuer leur autoritarisme et leur contrôle des populations. Déjà, le président M*cron parle de chèques alimentaires, à l'aube de l'année 2023. Pourquoi ne pas dire tout de suite qu'il s'agit de tickets de rationnement ?


Les mêmes élites ont peut-être dans l'idée d’étendre le conflit entre l'Ukraine et la Russie, afin de justifier des mesures toujours plus répressives, au risque de provoquer une guerre nucléaire. Le chapitre 39 d’Ezéchiel parle lui aussi de la guerre de Gog et fait notamment allusion à des conséquences liées à un conflit nucléaire.


Difficile, néanmoins, d'établir un scénario précis de cette eschatologie, à laquelle il nous faut toujours nous intéresser avec prudence quant aux schémas préétablis.


Un seul mot d’ordre : soyons sobres, veillons, ne nous laissons pas assoupir par les « informations » des grands médias, mais essayons de lire l’actualité avec la sagesse du Saint-Esprit qui habite les hommes et femmes de Dieu.




1 361 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout