Que penser d’Eric Zemmour ?

Alors que les élections présidentielles se rapprochent à grand pas, une candidature sort du lot : celle de l’écrivain, polémiste et analyste politique Eric Zemmour. Conspué par une grande majorité de la classe politique française comme étant un méchant nationaliste, raciste, fasciste voire pire, antisémite, Zemmour fait amplement parler de lui ces derniers temps, depuis l’annonce de sa candidature à la présidence.



Que faut-il penser de cette candidature en tant que chrétien, sensible aux questions touchant à l’identité judéo-chrétienne de la France et des Français, à Israël et plus globalement à l’échiquier mondial géopolitique ?


La première chose à dire, c’est que Zemmour est loin d’être un néo-nazi en puissance ou un raciste islamophobe et misogyne. Les idées prônées par le candidat rejoignent en effet celles mises en avant, pendant des années, par le Général de Gaulle et plus récemment, par le parti de droite RPR.


L’accent est grandement mis sur la préservation de l’identité française, faite de siècles de passé judéo-chrétien. Or, c’est précisément ce qui trouble la bourgeoisie bien- pensante française. A l’ère du progressisme, de la promotion des minorités sexuelles, des minorités ethniques, de la « laïcité » (qui n’en est plus une) et d’un mondialisme débridé, les idées conservatrices du candidat passent mal. Défendre les valeurs judéo-chrétiennes, combattre le mariage gay, les lois sur la GPA-PMA, la montée en puissance d’un islam décomplexé et protégé par les élites bourgeoises revient donc à être un raciste haineux.



Pourtant, dans cette courte liste des combats principaux du candidat Zemmour, très peu sont critiquables d’un point de vue d’un chrétien.

Le cheval de bataille du candidat reste bien sûr la lutte contre l’islamisation rampante de la France, couplée au mélange dangereux d’une jeunesse des banlieues impunie et encadrée par des prêcheurs musulmans. Il suffit d’écouter la musique la plus en vogue parmi la jeunesse pour s’en rendre compte. Le rap s’est imposé comme LA référence musicale de tout jeune, citadin ou non. Et ces compositions lyriques ne sont qu’un florilège d’insultes envers la France et les représentants de l’ordre, accompagnant la promotion du trafic d’armes et de drogue, l’islam et les origines ethniques africaines (Maghreb et Afrique noire).


L’idée n’est pas de faire toute une étude sur le sujet mais simplement de rappeler ce qui devient une évidence pour tout citoyen : l’insécurité n’a jamais été aussi élevée et la progression de l’Islam est incontestable en France. Ce qui explique en grande partie le fort soutien populaire à Eric Zemmour, notamment chez les jeunes.


Concernant les accusations d’antisémitisme, il faut rappeler que Zemmour est juif (et maghrébin au passage) et bien qu’il ne soit pas très pratiquant, il conserve un fort attachement à sa culture juive. Cependant, pour lui, cette judéité doit se subordonner à la culture patriotique et doit se limiter au foyer. Il reprend ainsi une idée assez ancienne et très imprégnée dans les milieux juifs des années 1800 -1900 que les Juifs parviendront davantage à se faire accepter en s’assimilant au maximum. D’où la perte des prénoms à consonnance hébraïque au profit de prénoms français. De même, beaucoup de Juifs ont abandonné le port de la kippa, le respect de la cacherout (manger cacher…) et autres règles issues du judaïsme, pour se fondre dans le décor. Ce qui a très bien fonctionné, effectivement. Peut-être trop.



Car à l’heure où le pays d’Israël renaît de ses cendres, tout juif possède légitimement un attachement certain à cette terre, attachement qui fait partie des piliers du judaïsme et de la foi dans le Dieu d’Israël. Par ailleurs, Zemmour ne se présente pas comme un farouche soutien d’Israël, bien qu’il soit pro-israélien. Il admire notamment la capacité d’Israël à défendre ses intérêts, avec ses faibles moyens, ce qui a permis à l’Etat hébreu de s’élever comme une puissance importante au Moyen-Orient et dans le monde entier.


Zemmour dénonce aussi la volonté de trouver à tout prix une solution à deux états dans le conflit israélo-arabe. « Les Palestiniens ont perdu la bataille ; c’est l’échec et mat pour Israël. Il n’y aura jamais d’état palestinien à mon avis. », répondait le candidat lors d’une interview pour la chaîne franco-israélienne I24 news.


Dans un autre domaine, un élément revient constamment sur la table : il s’agit des propos de Zemmour sur Pétain et le régime de Vichy. Vichy aurait protégé les Juifs français, au détriment, certes, des Juifs étrangers présents en France, mais ce qui aurait permis de sauver ces Juifs français, selon la thèse de Zemmour. Là encore, l’analyse historique de la situation semble donner raison à Zemmour. Certes, certains propos ont peut-être été mal perçus ou volontairement déformés. Zemmour ne défend pas Vichy et Pétain et il ne fait que reprendre les études d’historiens, dont le rabbin Alain Michel, qui affirme que les Juifs étrangers ont été déportés alors que les Juifs français sont, pour la plupart, restés en vie et ont globalement vécu sans trop de difficultés hormis les mesures vexatoires antisémites à leur rencontre. Là où les propos peuvent davantage être discutés, c’est en ce qui concerne la volonté du régime de Vichy de protéger les Juifs français. Vichy et Pétain étaient antisémites et n’auraient eu que peu de scrupules à déporter les juifs Français si les Allemands l’avait demandé. L’administration a aussi fait du zèle à de nombreuses reprises. Encore une fois, les journalistes cherchent constamment à piéger Zemmour sur ces points tendancieux, qui ramènent très facilement à l’accusation d’antisémitisme et de racisme. Or, une fois de plus, Zemmour est juif, fier de l’être et assume ses origines et ses traditions. Il n’est en rien honteux

de sa judéité.


Au sujet de sa vision géopolitique, Zemmour observe le monde d’une manière gaulliste. Pour le meilleur et pour le pire. En effet, il replace les Etats comme acteurs centraux des relations internationales, dans une compétition constante pour les propres intérêts de chacun. Il dénonce ainsi une Union Européenne corrompue et progressiste et un alignement français constant sur les Etats-Unis, là aussi fortement progressistes et mondialistes. En revanche, il ne semble pas préoccupé par la menace iranienne outre-mesure. Or, dans les prochains jours, les Américains et les Iraniens devraient signer un accord sur le nucléaire. Accord qui est déjà annoncé comme étant le « pire possible » par les Israéliens, fortement inquiets de cette avancée.


En définitive, l’ascension constante du candidat Zemmour ne peut être totalement incompréhensible. Le candidat pointe du doigt les problèmes centraux qui gangrènent la France, notamment la destruction du passé judéo-chrétien et de ses valeurs, ainsi que le progressisme. Dans le même temps, il possède une attitude bienveillante envers le judaïsme mais veut le cantonner au domaine familial et traditionnel. Pour ce qui est d’Israël, Zemmour est sûrement le candidat le plus pro-israélien en lice.


Ceci n’est clairement pas un appel à voter pour tel ou tel candidat. Zemmour faisant parler de lui, il nous semblait important de revenir sur ce personnage qui fait couler tant d’encre. Souvent décrié et diabolisé, Zemmour ressemble assez étrangement à Donald Trump, qui a su surmonter les différentes embûches tendues par l’état profond américain pour se hisser à la tête de l’état. Quel est le plan de Dieu pour la France ?


L’essentiel est de se concentrer sur les choses essentielles en ces temps, à savoir, se préparer et lutter contre ce monde néfaste et ces ténèbres qui nous environnent, et contre ce grand filet mondial qui descend peu à peu sur cette terre.


« Sais-tu comment Dieu les dirige, Et fait briller son nuage étincelant ? Comprends-tu le balancement des nuées, les merveilles de celui dont la science est parfaite ? » (Job 37 v 15-16)


Dieu peut susciter des hommes et femmes non-chrétiens pour faire avancer son plan, à l'image de Nebuchanetsar ou Cyrus.



« Et même, les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point : vous

valez plus que beaucoup de passereaux. » (Luc 12 v 7)

1 330 vues8 commentaires

Posts récents

Voir tout