L’abomination de la désolation (partie 1)

Mis à jour : janv. 4

Les textes des Ecritures qui traitent de la fin des temps sont étudiés avec une grande attention par les croyants, qu’ils soient juifs ou chrétiens. Le désir de déceler des indices sur le déroulement des évènements derniers, d’en faire une chronologie et pour certaines personnes, de déterminer des dates est plus fort que tout. L’Homme est curieux par nature.


Les cycles prophétiques

Dans les trois évangiles synoptiques, Jésus s’adresse aux disciples au sujet de la fin des temps et mentionne alors le prophète Daniel, qui a annoncé la venue de l’Antichrist. En effet, l’expression « abomination de la désolation » que l’on trouve dans Matthieu 24v15, Marc 13v14 et Luc 21v20, provient du verset 27 du livre de Daniel dans lequel il est écrit :


« Il fera avec beaucoup une solide alliance d’une semaine.

Et durant la moitié de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande.

Le dévastateur ira à l’extrême des abominations, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur ».


On retrouve également cette expression « abomination du dévastateur » un peu plus loin, dans le livre de Daniel, au chapitre 12v 11. Lorsque Jésus annonce que « l’abomination de la désolation » va fondre sur Jérusalem, en réalité, cette prophétie de Daniel a déjà été réalisée. En fait, il s’agit de ce que l’on appelle des cycles prophétiques. Une prophétie ne s’adresse pas uniquement à un moment précis de l’Histoire mais peut se reproduire lorsque le contexte est le même. En ce qui concerne cette « abomination de la désolation », le cycle prophétique s’est déjà reproduit par deux, voire trois fois, dans l’Histoire (et ne remet pas en question un nouvel accomplissement à l’avenir de cette prophétie).


Plutôt que de spéculer sur cette éventualité d’une prochaine réalisation de «l’abomination de la désolation », revenons sur ces grands évènements qui ont marqué l’histoire du peuple juif.


Antiochus Epiphane : l’abomination établie dans le lieu Saint


La prophétie de Daniel, écrite en exil à Babylone, a trouvé sa première concrétisation lors du règne de ce roi grec que fut Antiochus IV. Le livre apocryphe des Maccabées fournit de nombreux détails sur cette période troublée. En 330 avant J-C, les troupes d’Alexandre le Grand marchent sur le Moyen Orient et imposent leur domination, entre autres, sur la Judée. A la mort prématurée d’Alexandre le Grand, son empire est divisé en quatre parties, revenant chacune à un général d’Alexandre. Dans un premier temps, la Judée est rattachée au royaume ptolémaïque (du nom de Ptolémée, général d’Alexandre le Grand).


Mais bientôt, l’empire hellénique n’est plus qu’un lointain souvenir, du fait de la guerre que se livrent désormais les quatre nouvelles monarchies. A la suite de décennies de guerre, la dynastie des Séleucides (fondée par le général Séleucos), s’empare, en 201 av J-C, de la Judée. Antiochus IV « Epiphanes »(« l’illustre ») monte sur le trône séleucide en 175 av J-C. Son royaume s’étend alors sur tout le Proche-Orient, mais est fragmenté de toutes parts. Les peuples assujettis menacent de se révolter. Antiochus décide d’accélérer l’hellénisation forcée de ces populations afin d’empêcher l’explosion de son royaume, déjà menacé de l’extérieur (par les Romains notamment).


Antiochus instaure alors un culte de la personnalité. La plupart des peuples de son royaume n’y voient aucun inconvénient, du fait de leur polythéisme. Pourtant, un peuple ne peut accepter l’idolâtrie imposée par Antiochus, violant les premiers commandements du décalogue : les Juifs. Devant ce rejet des valeurs helléniques, le roi Antiochus se lance dans une véritable persécution des Juifs, à qui il interdit de pratiquer le culte dans le Temple. Les Juifs refusant l’hellénisation sont traqués et tués. Le peuple juif se divise ainsi en deux groupes : celui des « hellénisés » et celui qui s’oppose à l’hellénisation.



Antiochus profane alors le Temple, le pillant et y installe une statue de Zeus Olympien dans le lieu très Saint, afin de consacrer le Temple de Jérusalem aux dieux grecs, provoquant l’indignation des Juifs. Le comble de l’abomination est atteint en 167 av J-C, lorsque Antiochus Epiphane fait égorger des porcs (animaux impurs) sur l’autel des sacrifices. C’en est trop ! La révolte éclate, menée par la famille des Maccabées. Pendant des années, les révoltés vont résister aux troupes helléniques, les harcelant dans une série de combat de guérilla et fragilisant un peu plus le royaume séleucide au bord de l’implosion. Des embuscades sont tendues, mettent en fuite les phalanges grecques extrêmement redoutées à l’époque, mais impuissantes dans ce genre de combats de guérilla. Antiochus Epiphane finit par mourir brusquement de maladie, en 164 av J-C. Par la suite, les Maccabées prennent Jérusalem, purifient le Temple et rétablissent le culte juif.


A lieu alors le miracle de l’huile servant au chandelier à sept branches du Temple, qui est célébré jusqu’à nos jours lors de la fête de Hanoukah.


Lors de la fête de Hanoukah, aussi appelée fête des Lumières, les juifs allument chaque soir une bougie dans un chandelier à sept branches. Cela permet de se souvenir de cette période tragique et à la fois magnifique de l’Histoire juive. Mais surtout, cette fête permet de remercier Dieu pour les miracles qu’Il a accompli et qu’Il accomplit encore aujourd’hui.



Destruction du temple


A suivre... (Partie 2 prochainement)


Nous avons créé une nouvelle rubrique "Téléchargements des enseignements de Jean-Marc Thobois" dans laquelle vous pouvez dès à présent télécharger certains enseignements parus sur notre chaine Youtube. Si certains enseignements de la chaine vous intéresse, vous pouvez nous envoyer un message pour que nous les mettions au format MP3 téléchargeables sur ce site.

463 vues4 commentaires