top of page

René de Naurois, prêtre français et "Juste parmi les Nations"


La vie du prêtre catholique français René de Naurois est un condensé d'héroïsme et d'altruisme. Une vie atypique pour celui qui aura été ecclésiastique, résistant, commando, "juste parmi les Nations", ornithologue et professeur d'université.


De 1933 à 1938, le jeune René s'est rendu en Allemagne afin de terminer ses études et débuter son ministère d'aumonier. Très vite, René de Naurois perçoit les dangers du nazisme et de la bienveillance franco-anglaise à l'égard d'Hitler. En Allemagne, de Naurois rencontre aussi des résistants au régime nazi, qui lui racontent l'horreur de ce totalitarisme. Il perçoit également le danger qui règne sur l'Eglise et est témoin des premières persécutions.


"Entre eux et nous (l'Eglise), il y avait un fossé. L'Evangile enseigne l'amour du pauvre tandis que Hitler prônait la force.
Les mesures de vexations, puis les interdictions se multiplièrent, selon une stratégie habilement organisée sans affrontement frontal. Il s'agissait en réalité d'une véritable mise au pas, progressant par paliers, inexorablement...
A aucun moment, les atteintes à la liberté de conscience, de culte, d'expression n'étaient jamais suffisamment violentes et générales pour susciter une protestation d'ensemble." (René de Naurois)

Une citation intéressante qui n'est pas totalement déconnectée d'une certaine réalité française actuelle...


René de Naurois se désole de cet attentisme de la part des chrétiens allemands face à la montée du nazisme. Et les quelques voix d'oppositions chez les chrétiens sont aussitôt arrêtées et internées dans des camps.


En revenant en France en 1938, il prévient du danger imminent mais reçoit peu d'intérêt.


Lorsque les Allemands occupent la France après la défaite de 1940, il rentre assez rapidement en résistance, dans la partie dirigée par le gouvernement de Vichy.


En tant qu'enseignant et aumonier de l'institut catholique de Toulouse, il utilise sa position d'ecclésiastique pour dénoncer l'antisémitisme et rappeler à ses élèves des vérités centrales.


Il déclare ainsi fréquemment lors de ses prêches:


Jésus était juif, Marie était juive, Elisabeth était juive, le vieillard Siméon était juif... Oui mes frères, notre foi chrétienne est enracinée dans le judaïsme.
Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.... Pour le péché, il y a la miséricorde infinie, mais pour le crime délibéré, renouvelé et sans repentance, il y a condamnation !

Avec son cousin et recteur de l'institut catholique, Bruno de Solages, il organise des évacuations de juifs, dont une famille juive allemande qu'il conduit lui-même jusqu'à la frontière suisse.


Les Allemands envahissent néanmoins la zone sud en 1942. Recherché pour ses activités "illégales" et temporairement arrêté, de Naurois quitte le sol français pour rejoindre à Londres les Forces Françaises Libres du général de Gaulle.


Ce dernier le nomme aumonier des forces françaises. L'aventurier qu'est René de Naurois ne compte pas pour autant rester en sécurité. Il demande à faire partie des commandos du capitaine Kieffer, qui deviendront par la suite les commandos-marins.


Devenu commando, de Naurois a le privilège de faire partie des seuls 177 français à avoir débarqué en France lors du Débarquement, le 6 juin 1944.

Bravant tous les dangers, l'aumonier participera aussi à celui en Hollande, quelques mois plus tard, et à la découverte des camps de concentrations, avant d'être rapatrié en Angleterre pour surmenage.


Après la guerre, il reprend ses activités de professeur, tout en s'adonnant à l'ornithologie.

Il se rend plusieurs fois en Israël, où il s'est fait plusieurs amis.


En 1988, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem lui décerne le titre de "Juste parmi les Nations", récompensant les actions des personnes non-juives qui ont aidé des juifs lors de la shoah.


Il s'est éteint en 2006, à l'âge de 99 ans, après une vie faite de combats pour la liberté, la justice et la paix.


Il affirmait lui-même:

Mon témoignage vise aussi à encourager les veilleurs d'aujourd'hui : agir sans haïr .

René de Naurois (photo de l'Institut Yad Vashem, https://yadvashem-france.org/justes_de_france/3734/ )


Pour en savoir plus sur la vie du prêtre René de Naurois, vous pouvez notamment consulter cette interview réalisé par Yad Vashem: https://youtu.be/tMv7X-ft4vc ou ses mémoires "Aumonier de la France libre".

308 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page