top of page

Réveillons-nous ! Vivre en chrétien en ces temps troublés

Rajout de dernière minute : cet article a été écrit avant les annonces gouvernementales du 24 novembre et de l'arrivée du "variant" Omicron. Une fois de plus, l'objectif est de légitimer l'imposition de sanctions et d'entraves pour "nous protéger" de ce variant qui d'après de nombreux médecins n'est pas plus dangereux que les précédents. De là à justifier la vaccination contre ce variant en plus du Covid-19 lambda ? Moderna et Pfizer en parlent.... Et Israël annonce une quatrième dose...


Après presque deux ans de « crise covid », nous avons désormais assez de recul pour y voir plus clair et pour mieux comprendre cette période historique inédite. Premièrement, la crise est loin d’être aussi grave que ce que l’on entend dans les médias. Les « spécialistes » annonçaient plusieurs centaines de milliers de morts, voire des millions de morts dans chaque pays.

Force est de constater qu’hormis quelques personnes fragiles, la quasi-totalité des personnes infectées se remettent rapidement. Les morts sont loin d’être aussi nombreux que prévu, quand les chiffres officiels ne sont pas eux-mêmes exagérés (décès classés « covid » alors que la cause est différente)…


La grande question que l’on peut légitimement se poser est celle-ci : cela valait-il la peine de tout confiner, de tout bloquer, de tout masquer…, de délaisser les malades ayant d’autres pathologies, des enfants sans cours en « présentiel »…, de fermer des églises qui, pour certaines, n’ont jamais réouvert ?


La réponse est évidente et il suffit d’étudier les projets à peine voilés de l’élite mondiale pour s’en persuader (lire par exemple « Le grand reset » de Klaus Schwab). Cette élite annonce, sans s’en cacher, qu’elle n’attendait qu’une crise de cette ampleur pour mettre en place le Nouvel Ordre Mondial (NOM) et redessiner entièrement la face du monde. Dans ce vaste projet que la Bible annonçait, on retrouve pêle-mêle un asservissement des classes populaires, par des contraintes à motifs sanitaires ou écologiques, un asservissement de l’homme à la technologie et en particulier, par des avancées dans le domaine du transhumanisme, le fleurissement des divertissements pour que les « peuples » soient persuadés de leurs libertés et qu’ils soient occupés par des choses futiles et vaines, ainsi que la destruction du judéo-christianisme.


En à peine deux ans, la face du monde a complètement changé et continuera à changer de manière exponentielle vers cet idéal de « nouvelle Babylone ». Il faut être bien naïf pour imaginer que nous allons retourner à la « vie d’avant », « à la normale », comme le promettent les médias. Nous allons tout droit vers cette grande Babylone annoncée par les prophètes, qui n’est pas un projet à venir mais qui est déjà là, et qui continue de se former sous nos yeux !


Pourtant, la majorité des chrétiens continuent leur vie comme si rien n’avait changé. Les églises ont pu rouvrir leurs portes ; donc, « Merci Seigneur, tout cela est de l’histoire ancienne ! » Certes, il y a encore des « mesures sanitaires », des « gestes barrières » à respecter, mais nous pouvons à nouveau nous réunir et c’est l’essentiel pour la plupart de nos frères et sœurs. Il est vrai que c’est une grâce que nous puissions nous réunir et nous retrouver à nouveau mais cela devrait nous alerter !


Sans parler des tractations politiques en cours pour combattre le « séparatisme » (comprendre : les évangéliques et éventuellement, les musulmans). Et tant de chrétiens font comme si de rien n’était… Continuons à chanter, danser, organiser des spectacles et des concerts chrétiens comme avant, continuons à rêver à un grand réveil mondial (j’aimerais que cela puisse se passer ainsi, mais la Bible est claire à ce sujet et il suffit de regarder ces derniers mois : plus que jamais la grande apostasie est à l’œuvre !).


Pour le docteur Carrie Madej, qui par ailleurs, ne cache pas sa foi en Dieu, « Nous sommes dans la 3ème Guerre Mondiale et personne ne le voit… Cette guerre est spirituelle et oppose le bien et le mal, la Vérité et le mensonge ». Par des mensonges permanents depuis deux ans, les gouvernements ont créé un véritable état d’asservissement des populations. En changeant fréquemment de discours, en disant tout et son contraire, ces élites ne font pas n’importe quoi, mais font en réalité de la dissonance cognitive.

L’idée est de paniquer et de frustrer la population, qui pensait enfin s’en sortir après deux doses de vaccins (thérapie génique, pour être exact) par exemple, ou en lui annonçant qu’une « cinquième vague » nous submerge et qu’il faut absolument prendre un « booster » (quel joli nom pour ne pas dire troisième dose) sinon les gens vont mourir ! Et puis il faudra éventuellement remettre un confinement pour les fêtes de fin d’année, sinon le virus va se propager ! Et puis, viendront la 6ème vague, la 7ème…, la 52ème en 2026 (« vite, prenons notre 52ème dose de vaccin pour nous protéger du variant X-ray du covid 26… »).


Petit rajout après les annonces du gouvernement du 24 novembre : lorsque j’annonçais autour de moi que la troisième dose allait devenir obligatoire pour garder le passe, on me riait au nez ou on me regardait avec un air incrédule. Il serait grand temps de se réveiller et d’arrêter cet aveuglement volontaires. Par peur, de nombreux chrétiens détournent les yeux des sujets essentiels…


Pendant que les peuples s’affolent, les élites font avancer leurs grands projets sans entraves. Petite digression : ces « zélites » ne respectent même pas les gestes barrières, serrent des mains à tout vent et organisent des fêtes sans masques (excepté pour le petit personnel…). Combien de chrétiens paniqués à l’idée d’attraper la maladie n’ont pas remis les pieds à l’église depuis deux ans ?

Combien se sont jetés sur ces étranges substances modifiant la génétique humaine appelées « vaccins » (il s’agit d’un premier pas vers le transhumanisme) et combien sont prêts à prendre la troisième dose dès qu’elle leur sera disponible ? Combien ne sont pas prêts à choisir entre leur liberté (droit fondamental donné par Dieu) et leurs plaisirs, les loisirs procurés par un très sanitaire passe, qui n’empêche pas la contagion ?



Depuis lundi 22 novembre, la vaccination des enfants de 5 à 11 ans a débuté en Israël (pour ne citer que ce pays). Risquent-ils quelque chose du covid, ces enfants ? Risquent-ils d’avoir des effets secondaires d’un produit en phase expérimentale jusqu’à fin 2022, voire 2023 pour certains et dont on ne connaît aucunement les effets possibles à moyen ou long termes (déjà qu’à court terme, c’est loin d’être glorieux…) ? Ces générations d’enfants grandissent dans un monde terrifiant où l’on rejette les contacts humains et où une personne non-masquée est un meurtrier en puissance.


Après deux ans d’asservissement, quelles leçons pouvons-nous tirer ? Tout d’abord, nous devons plaire à Dieu plutôt qu’aux hommes. Bien trop de chrétiens suivent la masse, se mettent des œillères et agissent docilement selon le bon plaisir de cet ordre mondial en formation. Ils s’imaginent ou se persuadent qu’en acceptant d’obéir à ces gens, ils accélèrent le retour au « monde d’avant ». Ils ne font que paver la voie à la grande Babylone et à l’Antichrist.

Alors que notre Seigneur Jésus nous appelait et nous appelle toujours à porter notre croix et à le suivre, beaucoup choisissent la facilité et le confort. Plus que jamais, l’histoire de Daniel et ses amis se répète. Seuls contre tous, mais fidèles à leur Dieu, ces jeunes gens ont choisi de nager à contre-courant. Lorsque les trompettes se sont arrêtées et que les habitants ont dû se prosterner devant la statue, Daniel et ses compagnons n’ont pas plié le genou pour ne pas adorer cette idole (Daniel chapitre 3). Ils savaient très bien que la mort les attendait en cas de désobéissance aux ordres du roi. Le roi lui-même les avait prévenus de la sentence. Etes-vous comme Daniel, Hananya, Michael et Azaria ? Ou êtes-vous comme ces jeunes gens qui n’ont pas hésité à adopter les coutumes de Babylone, pour conserver leur confort, quitte à adorer des idoles païennes pour cela ?


N’oublions pas que la Parole de Dieu ne nous a pas promis un chemin facile et sans épreuves. N’oublions pas que cette génération des apôtres qui a vécu l’effusion de l’Esprit Saint, à la Pentecôte, est aussi celle qui a traversé l’une des plus grandes périodes de persécution de l’Histoire de l’Eglise…


Je vous partage ici un message dont je n’ai pas le nom de l’auteur initial (je m’en excuse) :


1. Matthieu :

a souffert le martyre en Ethiopie, tué par une blessure d'épée.


2. Marc :

est mort à Alexandrie, en Egypte, après avoir été traîné par des chevaux dans les rues jusqu'à ce qu'il soit mort.


3. Luc :

a été pendu en Grèce à la suite de son intense prédication aux perdus.


4. Jean :

a subi le sort de martyr, quand il a été bouilli dans l'énorme bassin d'huile bouillante lors d'une vague de persécution à Rome. Cependant, il a été miraculeusement délivré de la mort.

Jean a été alors condamné aux mines sur l'île prison de Patmos. Il a écrit son livre prophétique de l'Apocalypse sur Patmos. L'apôtre Jean a été libéré plus tard et est retourné servir comme évêque d'Edesse, dans la Turquie moderne. Il est mort de vieillesse. C’est le seul apôtre qui est mort pacifiquement…


5. Pierre :

a été crucifié à l'envers sur une croix en forme de x.

Selon la tradition de l'église, c'est parce qu'il a dit à ses bourreaux qu'il se sentait indigne de mourir de la même manière que Jésus-Christ.


6. Jacques :

le chef de l'église de Jérusalem fut jeté à cent pieds depuis le haut du pinacle sud-est du Temple, quand il refusa de nier sa foi en Christ. Quand ils ont découvert qu'il avait survécu à la chute, ses ennemis l'ont battu à mort avec une sorte de marteau.


7. Jacques le Fils de Zébédée :

était un pêcheur et vendeur de poissons quand Jésus l'a appelé à une vie de ministère. En tant que chef puissant de l'église, Jacques a été décapité à Jérusalem. L'officier romain qui gardait Jacques l'a regardé, étonné de la manière dont Jacques avait défendu sa foi à son procès. Plus tard, l'officier marchait près de Jacques jusqu'au lieu d'exécution. Converti et convaincu, il a déclaré sa nouvelle foi au juge et s'est agenouillé à côté de Jacques pour se faire décapiter comme un chrétien.


8. Barthélemy :

aussi connu sous le nom de Nathanael, il était missionnaire en Asie. Il a été témoin pour notre Seigneur en Turquie actuelle. Barthélémy fut martyrisé pour sa prédication en Arménie, où il fut écorché à mort par un fouet.


9. André :

a été crucifié sur une croix en forme de x à Patras, en Grèce. Après avoir été fouetté sévèrement par sept soldats, ils ont attaché son corps à la croix avec des cordes pour prolonger son agonie. Ses disciples ont rapporté que, lorsqu'il fut conduit vers la croix, André l'a saluée en ces termes : « J'ai longtemps désiré et attendu cette heure heureuse. La croix a été consacrée par le corps du Christ suspendu sur elle. » Et il a continué à prêcher à ses bourreaux pendant deux jours jusqu'à ce qu'il ait expiré.


10. Thomas :

a été poignardé avec une lance en Inde, pendant l’un de ses voyages missionnaires pour établir l'église dans le Sous-continent.


11. Jude :

a été tué par des flèches, quand il a refusé de nier sa foi en Christ.


12. Matthias :

l'apôtre choisi pour remplacer le traître Judas Iscariot, a été lapidé puis décapité.


13. Paul :

a été torturé, puis décapité par le mauvais empereur Néron, à Rome en 67. Paul a enduré une longue prison, ce qui lui a permis d'écrire ses nombreuses Epîtres aux églises qu'il avait formées tout au long de l'Empire romain. Ces lettres, qui enseignaient beaucoup de doctrines fondatrices du christianisme, forment une grande partie du Nouveau Testament.



Trop souvent, nous oublions que ces grands hommes de Dieu ont terminé leur vie de cette manière, en préférant uniquement nous souvenir des éléments grandioses de la Pentecôte et de l’évangélisation miraculeuse.


Pour l’instant, on nous menace uniquement de nous priver de nos loisirs (et éventuellement, dans certains cas, de notre travail). Si déjà dans cette situation nous cédons, qu’en sera-t-il lorsque notre vie sera en jeu ? Si on nous demande de renier Jésus en échange de la vie ? (comme tant de chrétiens durant des siècles, nos ancêtres familiaux eux-mêmes ont refusé de plier le genou et de résister au péril de leur vie…).


Charles Spurgeon disait ceci : « Les membres du peuple de Dieu sont différents des autres hommes. Un serviteur de Dieu est un homme de Dieu partout. S’il travaille comme pharmacien, il lui est impossible de se laisser aller aux astuces avec lesquelles de tels hommes jouent avec leurs drogues. Il ressent qu’il n’est pas du monde et, en conséquence, il ne se conforme pas à ses modes ou à ses normes. On raconte l’histoire d’un Quaker qui nageait dans la rivière. Un batelier le héla en l’appelant par le nom de sa religion. « Comment savez-vous que je suis un Quaker ? », répliqua l’homme. « Parce que vous nagez à contre-courant, comme tous les Quakers. » Voici ce que le chrétien devrait toujours faire ; nager à contre-courant. Le peuple du Seigneur ne devrait pas aller avec le reste des hommes dans leur amour du monde (je rajoute : et du confort). Le chrétien devrait manifester visiblement une différence de caractère, de sorte qu’on puisse dire qu’il est chrétien. » (Charles Spurgeon, « Courants d’eau pour mon âme »).


J’espère que ce cri d’alarme saura être entendu par tous ces fidèles assoupis. Cela coûte de servir le Seigneur, mais c’est dans les épreuves que l’on reconnaît ses fidèles. Il n’est pas trop tard pour se réveiller et acheter de l’huile avant la venue de l’époux. Déjà, les eaux du déluge s’amoncellent au-dessus de nos têtes pour juger cette génération impie. Sommes-nous prêts à faire confiance à Dieu, comme Elie qui fut nourri par les corbeaux ?


« Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. » (Jacques 1 v 2-4)


« Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. » (Jacques 1 v 12)



(Dans le reste de l’actualité, le directeur de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), Raphael Grossi, a déclaré, suite à une visite express en Iran ce mercredi, que les Iraniens ont considérablement empêché son organisation de surveiller les activités nucléaires de l’Iran. Pour rappel, l’AIEA est LA grosse organisation mondiale du nucléaire en charge de la protection contre la prolifération (empêcher les états de se doter d’armes nucléaires). Par ailleurs, les négociations entre l’AIEA et l’Iran n’ont pas abouti, la faute à un refus en bloc de quelque concession que ce soit, côté iranien. La route vers l’arme atomique n’est donc plus un mystère et est peut-être déjà bien plus avancée que prévue…)




4 031 vues25 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page