• Ayelet

Le passé héroïque de Saint-Martin-Vésubie

Tout le monde a entendu parler (et certainement aussi vu des images) de la catastrophe naturelle qui a touché Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes Maritimes, début octobre 2020. Des inondations sans pareille ont détruit, ravagé ce village, laissant ses habitants dans un immense désarroi et une grande détresse.


Or, ce qui est beaucoup moins connu, c'est le passé héroïque de ce village et de quelques autres alentours.


En effet, pendant la Shoa, en 1941, assignés à résidence par des lois nazies, de nombreux juifs se réfugient dans la zone libre française, dont font justement partie ces villages proches de l'Italie.


Mais en 1942, les soldats italiens envahissent la zone jusque-là tranquille. Ils sont suivis, en 1943, par les allemands, qui eux, n'hésitent pas à traquer, arrêter, déporter, assassiner tous les juifs qui s'y trouvent, ainsi que ceux qui les auraient cachés ou aidés.

Des italiens (dont des consuls...) arrivent à faire passer de nombreuses personnes à Gênes, d'où elles s'embarquent ensuite vers l'Afrique du Nord.


Mais hélas, plus de 4 000 juifs – dont 400 enfants - sont arrêtés dans les Alpes Maritimes.


Comme dans d'autres endroits de France, des villageois vont décider de protéger ceux qui font l'objet de toute la haine des allemands.

C'est ainsi que Saint-Martin-Vésubie devient un « petit shtetl », avec même une villa transformée en synagogue et cachant une Thora.

Des juifs jusqu'alors installés à Nice, et désormais en danger de mort, s'y réfugient, avec l'espoir de passer du côté italien.

Beaucoup de ces personnes seront malheureusement arrêtées lors du passage de la frontière...


Pourtant, à Saint-Martin-Vésubie, les familles chrétiennes ont réussi à cacher environ 1600 personnes juives ! Le village de Lantos, lui, composé de 1 600 habitants, a caché environ 1200 personnes, en surmontant la peur d'être arrêtés.


L'association de Jean-François Weil (le fils de Simone Weil) « Villes et villages de justes », a, par la suite, reconnu Saint-Martin-Vésubie comme village juste.


C'est pourquoi, devant le triste spectacle de désolation qui s'est offert à leurs yeux (et à nos yeux), en ce mois d'octobre 2020, Yad Vashem (l'Institut international pour la mémoire des victimes de la Shoa) et l'association Aloumim (qui recherche et regroupe des enfants cachés pendant la Shoa) ont décidé de montrer leur reconnaissance pour ce que ces villageois ont fait pendant la guerre, pour leur comportement héroïque et leur accueil si bienveillant envers les juifs, en organisant une collecte afin d'aider les habitants démunis et dans la détresse à leur tour...


Dégats de la tempête Alex




105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout