La nouvelle religion mondialiste

Le rejet du christianisme dans nos sociétés occidentales remonte aux 18ème et 19ème siècles, où le progrès technique a considérablement amélioré le niveau de vie des populations. Les avancées techniques ont permis de ne plus reposer uniquement sur une vie largement tournée vers l’agriculture et l’élevage, soumise aux grés des intempéries. Moins de paysans, plus de citadins. La ruée vers les villes pour trouver du travail a accentué la recherche des plaisirs et les loisirs. Mais la nature a horreur du vide. Le christianisme, largement abandonné par les nouveaux citadins, était remplacé par la foi dans le progrès et la philosophie, surtout dans notre pays, celui des « Lumières ».


La science résout tous les problèmes et permet de tout savoir, c’est bien connu. Et puis les deux guerres mondiales ultra meurtrières ont rappelé que la science pouvait aussi être dangereuse et dévastatrice.


Mais aujourd’hui, pour détourner les gens des vrais problèmes, les grands médias et quelques entités internationales composées de « spécialistes du climat » s’époumonent à dire que la planète est en danger. Et que ce danger est imminent. D’abord, il était question d’un réchauffement climatique. Après deux décennies environ et quelques hivers plus glaciaux les uns que les autres, la population mondiale s’est interrogée. Le GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) annonçait, au début des années 1990, une augmentation de 4° Celsius dans le monde pour 2020, qui provoquerait des dommages énormes et irréversibles pour la Terre. L’ « augmentation » n’a été que de 0,2°…


On parle désormais de dérèglement climatique causé par l’homme. Une gamine suédoise autiste et totalement manipulée à des fins lucratives (ses parents se sont considérablement enrichis) donne des leçons aux grands dirigeants de ce monde sur la gestion de la « crise climatique ». Des larmes de crocodile sont versées par ces mêmes dirigeants devant la culpabilité de l’être humain dans cette affaire, touchés par cette adolescente fragile mais si innocente et candide… « How dare are you ? » (N’avez-vous pas honte ? Comment osez-vous ?) lance la jeune Greta au panel d’hommes politiques face à elle. La vérité ne sort-elle pas de la bouche des enfants ? Et puis, ces politiciens reprennent leur jet privé ultra polluant pour retourner dans leurs pays donner des leçons à leurs citoyens sur le respect de l’environnement…


Cela pourrait être risible s’il ne s’agissait pas de la grande ferveur mystico-religieuse qui anime les croyants de la religion « athéisme » d’aujourd’hui. Cette nouvelle religion possède ses rites, ses cultes, son langage et elle s’impose désormais à tous. Dans tous les domaines de notre vie, l’écologie a pris une place gigantesque. Saviez-vous que MacDonald a changé son fond, de couleur traditionnellement rouge, pour du vert ? Quelle hypocrisie… Il y aurait tant à dire sur cette folie éco « logique » mais arrêtons-nous uniquement sur l’actualité.


Ces derniers jours, les dirigeants de notre monde se sont réunis lors de la COP 26 à Glasgow pour parler du climat. Inutile de préciser que la centaine de jets privés utilisée par ces gens remplissait le parking de l’aéroport. Klaus Schwab, dans son ouvrage « Le grand reset », avait évoqué l’opportunité unique de la crise Covid pour rentrer dans une « nouvelle ère » (et non pas revenir au monde d’avant, une chimère pour quelques crédules…). Les élèves du fondateur du forum de Davos ont bien compris le message : la crise Covid est utilisée pour annoncer de nouvelles mesures tests pour la mise en place du monde de demain (qui n’est autre que le monde de l’Antichrist et du Nouvel Ordre Mondial).

Comme Schwab l’avait exposé dans son livre, il faut donc imposer par la force et l’obligation certaines mesures « pour le bien de notre planète et notre santé à tous ». Ainsi, notre monde doit être plus numérique (télétravail), plus sain (vaccinations massives tous les 6 mois), plus respectueux de l’environnement (fin du nucléaire, remplacé par des panneaux solaires chinois ultrapolluants ou du gaz acheté aux Russes…), la fin de la monnaie réelle… La liste serait longue et n’est donc pas exhaustive.


Ces mesures nécessitent une coordination mondiale (tiens-donc ?). Ce qui laisse une opportunité unique à la mise en place d’un Nouvel Ordre Mondial. Déjà les normes « sanitaires » sont mondialisées, comme le passe sanitaire européen. Déjà, la ministre de l’environnement français, Emmanuelle Wargon, explique aux sans-dents français que « la maison individuelle est un non-sens écologique »… Elle a raison : les gueux doivent être parqués dans des horribles barres d’immeubles tandis que l’élite, dont elle fait partie, pourra continuer à posséder des grands logements et plusieurs voitures de fonction aux frais du contribuable… How dare are you ? (Je rappelle ici que le grand écolo Nicolas Hulot possédait 9 voitures personnelles dont un van et un 4x4 !).

L’écologisme est somme toute assez facile à comprendre.


· Pour les riches : c’est une manière extraordinaire de se faire de l’argent en inventant tout un tas de normes que les citoyens doivent respecter sous peine d’amendes.

· Pour les citoyens lambdas : il faut obéir au doigt et à l’œil pour ne pas être pénalisés. Les citoyens lambdas sont pointés du doigt par l’élite comme étant coupables de tous les maux de la Terre (aux sens propre comme figuré). Certains citoyens lambdas tombent même dans un zèle effréné pour plaire au clergé écologiste (comme ceux qui obéissent sans-faute au clergé covidiste).


Face à cette religion nouvelle, soyons fermes et ne plions pas le genou, comme Daniel et ses trois amis face à la statue de Nebucadnetsar. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas trier nos déchets ou que nous pouvons faire couler abondamment l’eau de nos robinets. Cela signifie que nous devons être conscients de ces manipulations et ces propagandes qui sont inséminées partout dans l’esprit des gens. La jeunesse est particulièrement touchée et je suis toujours effaré de voir des jeunes, parfois chrétiens, réciter les grands poncifs de cette théologie nouvelle.


La Bible nous enseigne que la Terre a une durée limitée et que déjà, elle chancelle comme un homme ivre :

« La terre chancelle, elle chancelle comme un homme ivre ; Elle est ébranlée deçà et delà comme une cabane pour la nuit ; sa transgression pèse sur elle : elle tombera et ne se relèvera pas ». (Esaïe 24 v 20)


L’écologie est un moyen de nous détourner des grands enjeux importants dans ce monde. Certaines personnes ne veulent pas avoir d’enfants car cela polluera la planète (l'achat de tous les produits nécessaires pour élever cet enfant, pour son bien-être…). Une véritable folie s’installe dans les cœurs de ces gens sans Dieu, qui ne veulent pas laisser à leurs enfants un monde détraqué. Oui, le monde de demain sera détraqué car il l’est déjà... Pas à cause de la pollution ou du réchauffement climatique mais à cause du péché.


Sauvons-nous de cette génération perverse et ayons constamment à l’esprit cet objectif ultime : « Cherchez premièrement le Royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Mat 6 v 33)


N'oublions pas les versets précédents : "Ne soyez donc pas en souci, disant : Que mangerons-nous ? Ou que boirons-nous ? Ou de quoi serons-nous vêtus ? (on pourrait y ajouter : "Comment seront notre santé et notre planète demain ?") car les nations recherchent toutes ces choses ; car votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses."



Le grand prêtre Macron pendant son homélie

870 vues0 commentaire